23 févr. 2014

Le Cimetière de Prague Umberto Eco

     Aïle Lecteur,

me revoici pour un avis lecture, il était temps me diras-tu... Il était d'autant plus temps que cet avis est prêt depuis le 26 août 2013 et la lecture correspondante avait été faîte au moins un mois auparavant... Oui, quand même. Ça craint, je ne te le fais pas dire !



(quatrième de couverture)

     De Turin et Palerme à Paris, nous croisons des hystériques, des satanistes, des escrocs, un abbé qui meurt deux fois, des cadavres dans un égout, des jésuites complotant contre des francs-maçons, des confraternités diaboliques et des carbonari étranglant des prêtres. Nous assistons à la naissance de l'affaire Dreyfus et à la fabrication des Protocoles des Sages de Sion. 
Nous prenons part à la des conspirations, aux massacres de la Commune et à des messes noires...
Tout est vrai dans ce savoureux feuilleton, à l'exception du principal narrateur, Simon Simonini, dont les actes ne relèvent cependant en rien de la fiction. [...]


     Pour tout te dire, à l'époque, cette lecture m'avait un peu déprimée... Pas vraiment l'histoire, non. L'histoire en elle-même, elle est pas mal. On débute le roman avec un cas étrange : deux personnages, dont le narrateur principal, souffrent d'amnésie. On comprend alors assez rapidement qu'on pourrait avoir à faire non pas à deux personnages mais à un seul revêtant plusieurs identités ! On est (au moins au début...) assez curieux donc de savoir si Simonini et Da Piccolo sont bel et bien le même homme et comment ils en sont arrivés là. Même s'il est difficile de se sentir proche et d'apprécier réellement Simonini, sa vie reste néanmoins intéressante (mouvementée à souhait !) et c'est ça qui nous fait rester. 
Le problème n'est pas non plus dans la forme. Ce roman, écrit comme un journal intime par trois narrateurs, est original et plutôt agréable à lire. 
Non, le problème c'est que ce bouquin m'a purement et simplement donné l'impression d'être inculte et m'a occasionné un sérieux complexe d'infériorité (comme si on avait besoin de ça en lisant un bouquin...). Le côté historique est  accrocheur, oui ! Mais malheureusement, si on est pas fortiche en histoire ou même carrément érudit, on se retrouve vite un peu  (carrément) paumé ! Alors bon, on essaie de tenir la barre malgré tout, on se dit qu'au fond, ça ne doit quand même pas être bien dramatique si on nage un chouïa dans les dates.... Oui mais voilà, il y a aussi la chronologie de l'histoire en elle-même et les personnages secondaires qui ne sont pas faciles faciles à suivre... On essaie encore une fois de se dire que ce n'est pas bien grave, on arrive à suivre l'histoire (même si c'est en gros) et ça devrait suffire... Mais au final, eh bien non, ça ne suffit pas. Pendant toute ma lecture, j'avais l'impression que j'étais sensée comprendre des références que je ne saisissais pas, que j'aurais dû connaître des dates qui dans mon esprit ne faisait (plus ?) référence à rien... Résultat, je suis sortie de ce roman frustrée et honteuse... ce qui, avouons-le, n'est pas franchement agréable.
De plus, j'ai beau deviner que les propos à caractère antisémite qu'on trouve partout dans le bouquin ne sont qu'un moyen pour l'auteur de justement dénoncer l'antisémitisme; je les ai tout de même trouvé très pesants et trop présents.

Euh j'en ai déjà donné pas mal non ?


La description du best seller par Simonini et illustrée par Eco lui-même est assez géniale !
Même si ça n'a pas été vraiment ma tasse de thé, je pense que le côté historique est également assez génial pour ceux qui apprécient ce genre !



"Non content d'inspirer du dégoût par le seul fait de s'asseoir à table, il ôtait l'appétit à tout le monde en racontant des histoires à glacer le sang, avec des tons et un langage de saint prédicateur : - Mes amis, ma voix tremble, je dois pourtant vous le dire. La lèpre s'est répandue à partir de Paris, car Louis-Philippe, qui n'était certes pas d'une pâte à faire des hosties, était cependant une digue contre l'anarchie. J'ai vu des mes yeux le peuple romain ces jours-ci ! Est-ce vraiment le peuple romain ? Ce n'étaient que figures en loques et échevelées, gibiers de potence qui, pour un verre de vin, renieraient le Paradis.Non point peuple mais plèbe qui à Rome a fusionné avec la plus vile racaille des villes italiennes et étrangères, garibaldiens et mazziniens, instrument aveugle de tout mal." p.97


     Roman conseillé à tous les fans de romans historiques et d'histoire en général ou aux personnes vraiment cultivées... (Je ne me considère pourtant pas à la base comme quelqu'un de franchement inculte hein, mais après avoir lu ce bouquin je me pose des questions, même plusieurs mois après !) Pour les autres, à moins d'avoir vos cours de littérature comparée sous le coude... bon courage !




Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL depuis trèèèèèès longtemps, au vue de ton billet, il va y rester un moment je pense^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse d'avoir un autre avis, histoire de voir si c'est juste moi qui suis inculte ou pas ^^

      Supprimer
  2. Je connais bien ce sentiment, parce que j'ai lu les livres d'Ecco quand j'étais ado et que j'envoyais promener la culture alors imagine ^^
    Là je vais lire un dan brown qu'on m'a prêté alors j'espère ne pas éprouver ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un sentiment horrible :-( Surtout que comme je le disais j'ose espérer ne pas être totalement inculte quand même, j'ai quelques années d'études derrière moi, j'essaie de lire de tout et puis j'aime apprendre !!! Et pourtant...Bref ! J'avais envie de lire Le nom de la Rose mais je pense que ça va attendre un bon bout de temps !!
      Je n'ai lu qu'un seul Dan Brown mais il me semble qu'il est nettement plus abordable ^^ J'ai hâte de lire ton avis !

      Supprimer

Un petit mot de toi ?
(Je réponds à tous tes commentaires ! Si tu veux recevoir ma réponse par mail, il te suffit de cocher la case "M'informer" là en bas ^^)